Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 décembre 2010 3 29 /12 /décembre /2010 14:58

http://www.touslescadeaux.com/images/produits/carte-metal-coca-noel-4.jpg

Noël… ce simple mot à un effet impressionnant sur les gens. Synonyme de fête, de cadeaux, de religion, de famille, de tristesse parfois… La fête de Noël, on peut difficilement passer à côté, à moins d’habiter au fin fond d’une jungle perdue dans les méandres du temps.

 

Mais que savez-vous vraiment de Noël ? D’abord fête païenne célébrant la renaissance du soleil, puis fête chrétienne importante… et de nos jours fête familiale et mercantile au possible, où l’on pense plus ripaille, cadeaux et porte-monnaie vide que soleil et religion.

 

Décidément, voilà une fête bien versatile, qui s’est prêtée à tous les symbolismes, et ce dans tous les coins du globe !

 

Alors.. Est-ce vraiment Coca-Cola qui a imposé le Père Noël ? D’où vient la crèche ? Pourquoi décore-t-on ce fichu sapin ? Mesdames Mesdemoiselles Messieurs, je vous invite à découvrir l’histoire de Noël ! (Roulement de tambour)

 

 

 

Un peu d’Histoire

 

Commençons par les Romains

En fait, on va surtout commencer par un peu d’étymologie : « Noël » vient du latin « Natalis Dies », le « Jour natal », représentant l’anniversaire de la naissance du soleil.

Dans la Rome antique, on célébrait le 25 décembre, pour le solstice d’hiver, la naissance de la divinité perse Mithra le « Soleil Invaincu (Dies natalis solis invicti).

Je vous sens tiquer à l’évocation du solstice d’hiver le 25 décembre, et non pas le 21 ou 22. La fixation, à l’époque, de la date du 25 décembre pour le Solstice d'hiver est en effet due à une erreur commise par l'astronome Sosigène, lors de la réforme du calendrier à l'initiative de Jules César en 46 avant J.-C., qui fixa les débuts des saisons avec un retard de un ou deux jours par rapport à la réalité. Et ouais.

En parallèle étaient également fêtées les Saturnales, pendant la 3ème semaine de décembre. A cette occasion, les hommes et les femmes portaient des guirlandes autour du cou et s'offraient toutes sortes de cadeaux.

La fête des Sigillaires, « ancêtre » de la Saint Sylvestre, concluait les festivités à la fin du mois de décembre. Pendant ce temps de bascule vers l'an neuf, les gens s'offraient des petits cadeaux de terre cuite, les esclaves devenaient les maîtres et inversement.

Mais il ne faudrait pas croire que les Romains ont « inventé » Noël.. En effet, de nombreux peuples célébraient déjà le Solstice d’Hiver à leur façon. Il faut bien dire qu’avec leur manie d’envahir tout le monde, les Romains ont imposés leurs traditions, et ont également beaucoup emprunté aux locaux. Avec un tel melting-pot, difficile de dire qui a commencé….

 

Chez les Nordiques

Chez les Celtes, on invoquait le dieu Gargan, un bon géant portant une hotte remplie de cadeaux et décore déjà un arbre, symbole de vie au moment du solstice d'hiver. Il inspira d’ailleurs le « Gargantua » de Rabelais.

Chez les Vikings, un homme habillé d'une grande cape censé représenter Odin (Dieu de la guerre et souverain des divinités nordiques) visitait les maisons afin de demander si tout allait bien et offrir des friandises aux enfants sages.

 

 

Chez les Chrétiens

Aux débuts du christianisme, fêter un anniversaire de naissance ne faisait pas partie des traditions. La naissance de Jésus ne fut donc pas fêtée avant le IVème siècle de notre ère. Mais dès le IIème siècle, l’Eglise chrétienne a cherché à déterminer la date de naissance de Jésus. Historiquement, ni l'année ni le jour de la naissance de Jésus de Nazareth ne sont connues.

Plusieurs dates furent proposées, mais au début du i Vème siècle, l’Eglise romaine choisit le 25 décembre, très certainement pour évincer la fête de païenne de Mithra. Une explication plus liturgique veut que la venue du Christ soit considérée comme le lever du "Soleil de justice". Et la boucle est bouclée 

 

Jusqu’au Moyen Age

Au Vème et VIème siècles, la fête de Noël devient une fête exclusivement chrétienne, obligatoire et chômée. Elle s’étend progressivement à l’ensemble des pays européens et scandinaves.

A partir du XII°, la célébration religieuse de la fête de Noël est accompagnée de drames liturgiques, les "mystères" qui mettent en scène l'adoration des bergers ou la procession des mages. Ces drames liturgiques se jouaient primitivement dans les églises, puis sur les parvis.

 

A la Renaissance

Les crèches d'église apparaissent en Italie au XVème et l'arbre de Noël en Allemagne au XVIème. Puis les crèches familiales, napolitaines puis provençales, se développent à partir du XVIIème.

Au moment de la Réforme en1560, les protestants s'opposent à la crèche et préfèrent la tradition de l'arbre. Dans les années 1600, les fêtes de Noël furent interdites par les puritains anglais et écossais.

Avec la contre réforme au XVIIème, les représentations des drames liturgiques sont interdites parce qu'elles sont devenues trop profanes.

 

Plus récemment

Au XIXème siècle, le Père Noël apparaît sous sa forme actuelle aux Etats-Unis et se répand en Europe après la deuxième guerre mondiale.

 De nos jours, Noël revêt un aspect largement profane. Elle est devenue une fête commerciale et un moment de l'année célébré, y compris par des non-croyants. Cette fête est caractérisée par un regroupement des cellules familiales autour d'un repas et d'un échange de cadeaux, particulièrement (mais pas seulement) à destination des enfants, qui dans plusieurs pays occidentaux associent ces cadeaux au personnage du Père Noël.

 

Et les autres ?

 

Noël orthodoxe

Dès le IVème siècle, les Églises d'Orient célébraient la naissance de Jésus le 6 janvier. Cette fête du Noël orthodoxe commémorait à la fois la manifestation de la naissance du Christ aux bergers et aux mages et la manifestation du Christ à son baptême. C'est la fête de la manifestation de Dieu. Elle marquait aussi le retour de la lumière divine.

Actuellement,  les patriarcats de Constantinople et d'Antioche et l'Église de Grèce  célèbrent la naissance de Jésus et la visite des mages le 25 décembre parce qu'ils ont adopté le calendrier grégorien. Les Églises russes, serbes, arménienne, copte et éthiopienne célèbrent la naissance de Jésus et la visite des mages le 7 janvier (13 jours après le 25 décembre), parce qu'elles ont gardé le calendrier julien.

La préparation au Noël orthodoxe est une période de jeûne. En effet, les plus grandes fêtes sont préparées par un temps de jeûne. La veille de la fête revêt un caractère tout aussi important que le jour même, elle est principalement marquée par le jeûne.

La crèche n'est pas traditionnelle dans les églises orthodoxes, car le culte voué à des statues de personnages saints est proscrit. Les orthodoxes représentent la nativité par les icônes.

 

Noël pour les protestants

Les Églises protestantes ont trois cultes pour la fête : la nuit, à l'aube et le matin qui tous les trois peuvent inclure la célébration de la Cène.

En 1560, au moment de la Réforme, les protestants se refusent à représenter la Nativité par une crèche comme les catholiques. Ils préfèrent développer la tradition du sapin, arbre qui symbolise le paradis d'Adam et Ève et la connaissance du bien et du mal.

 

Noël pour les musulmans

Bien que Jésus soit reconnu comme un prophète par l’Islam, il n’existe pas de Noël musulman.

En principe, un musulman ne doit pas célébrer une fête religieuse non-musulmane. Cependant, et notamment dans les pays occidentaux, certains fêtent le jour de Noël pour les enfants et pensent qu'un musulman peut accepter l'invitation de ses amis chrétiens à participer à la fête.

 

 

Noël pour les juifs

Les familles juives ont également une fête à célébrer en décembre, c'est  Hanouka (ou Hanoucca), la fête des lumières. Pendant cette fête, chacun allume une bougie d'un chandelier à huit branches, chaque soir de la semaine. 

 

Traditions et rites de Noël

 

A l’époque, les longues nuits froides, de la fin de l'automne à l'hiver, faisaient naître les pires craintes dans un monde rural où mauvais temps, insectes, rongeurs, maladie étaient synonymes de famine. Aussi les croyances et superstitions anciennes visaient à conjurer ces menaces et s'assurer que les beaux jours reviendraient, que la lumière reprendrait le dessus, que la végétation renaîtrait, que les semis lèveraient dans les champs, que le bétail serait épargné par la maladie et que les enfants nombreux, garantiraient l'avenir. Sapin, fruits, bougies, guirlandes, bûches sont les vestiges des symboles de ces rites agraires associant culte solaire, culte de la fertilité et du renouveau et exorcisme des peurs nocturnes. La période de l'Avent, qui doit ses références à la religion chrétienne n'a pas totalement rompu avec ces traditions, au premier rang desquelles on trouve le chant.

La crèche

C'est une mise en scène de la naissance de Jésus telle qu'elle est présentée dans le Nouveau Testament : sur une table, ou à même le sol, on bâtit une étable miniature dans laquelle on dispose des personnages (en terre cuite souvent) représentant les parents de Jésus et les bergers réunis autour du nouveau-né.

La première crèche aurait été réalisée par François d'Assise en 1223 à Greccio, en Italie ; il s'agissait alors d'une crèche vivante, c'est-à-dire avec des personnages réels. Depuis le XVIIIe siècle, la tradition de la crèche s'est perpétuée dans tout le monde catholique, et particulièrement en Provence où des personnages nouveaux ont été ajoutés, les santons, qui représentent les métiers traditionnels ou des scènes de la vie quotidienne de la région.

Les rois mages Gaspard, Melchior et Balthazar, trois érudits de l'époque de Jésus, sont représentés en route vers cette même étable, mais on ne célèbre leur arrivée qu'à l'Épiphanie.

 

La veillée de Noël

La soirée du 24 décembre qui, pour les catholiques, est coupée par la messe de minuit, est dans la très grande majorité des cas, passée en famille.

Au Japon, les couples fêtent généralement Noël sous la forme d'une soirée romantique au restaurant, ou à la maison en famille pour ceux qui ont de jeunes enfants.

En France, Noël est désormais considérée comme une fête familiale ou commerciale.

Le repas de Noël, avec la dinde de Noël et la bûche de Noël, en est le repas festif. Cette bûche rappelle la tradition ancienne de mettre dans le feu une grosse bûche au début de la veillée ; celle-ci ayant été choisie pour sa taille et sa qualité, car elle devait brûler pendant toute la veillée.

 

Les cadeaux de Noël

Pour les chrétiens, ces cadeaux font référence aux cadeaux offerts à l'enfant Jésus par les rois mages : l'or, l'encens et la myrrhe.

 

Le sapin de Noël

Le premier arbre de Noël serait apparu à Sélestat en Alsace en 1521. Certains auteurs font le rapprochement avec les mystères, pièces de théâtre jouées dans les églises ou sur les parvis : au temps de Noël, on représentait les récits bibliques de la Création du monde, et un sapin figurait l'arbre de vie planté au milieu du paradis terrestre. Cet arbre était décoré d’oblatas (offrandes, petites friandises figurant les hosties), et de pommes représentant le fruit défendu, objet du premier péché.

Cependant, la tradition d'un arbre décoré est beaucoup plus ancienne puisque les Celtes décoraient déjà un arbre, symbole de vie au moment du solstice d'hiver. Les Scandinaves faisaient de même pour la fête de Jul, qui avait lieu à peu près à la même date que Noël.

L'installation de cet arbre sera d'ailleurs considérée comme une pratique païenne jusqu'au milieu du XXe siècle par l'Église catholique. Au contraire, les protestants l'adopteront dès la Réforme de 1560 comme symbole de l'arbre du paradis.

Interdit en URSS dans le cadre de la politique antireligieuse d'État, le sapin de Noël est à nouveau autorisé par Joseph Staline à partir de 1934, mais à condition d'être dressé uniquement pour célébrer le Nouvel An.

 

Le Père Fouettard

Le Père Fouettard est un personnage du folklore de la fête de Saint-Nicolas. C'est un personnage sinistre, qui accompagne Saint Nicolas lors de sa sortie, le 6 décembre. Alors que saint Nicolas distribue des cadeaux aux enfants sages, le Père Fouettard dispense des coups de fouet aux vilains garnements. Dans certaines régions françaises et belges, les coups de fouet sont remplacés par une livraison de charbon ou de betteraves à sucre.

 

Et enfin… last but not least !!

 

Le Père Noël

 

Très largement inspiré du personnage de Saint Nicolas, fêté le 6 décembre, le Père Noël est couramment représenté comme un vieil homme pourvu d'une longue barbe blanche et d'une houppelande rouge. Cette image est accompagnée de tout un folklore : traîneau volant tiré par des rennes, lettre de demande de cadeaux à son intention, sac rempli de jouets, etc.

Le Père Noël tel qu’on le connait est une invention anglo-saxonne récente, puisque datant du XIXème siècle, géant habillé d’une longue robe rouge ou verte, et empruntant tout autant à Saint Nicolas qu’aux lutins des traditions scandinaves.

Le folklore entourant le Père Noël a aussi du emprunter à cette légende russe qui raconte qu'il existe un 4e Roi mage, conduisant sur la steppe un traineau tiré par des rennes et rempli de cadeaux pour les enfants. Depuis 2000 ans il a renoncé à trouver l'enfant Jésus, alors il comble de cadeaux les enfants qu'il rencontre en cours de route.

C'est en 1931 que le père Noël prendra finalement une toute nouvelle allure dans une image publicitaire, diffusée par la compagnie Coca-Cola. Grâce à Haddon Sundblom, le père Noël avait désormais une stature humaine, un ventre rebondi, une figure sympathique et un air jovial. La longue robe rouge a également été remplacée par un pantalon et une tunique.

Même si ce sympathique personnage est globalement apprécié, il a connu quelques déboires : Le 23 décembre 1951, son effigie a été brûlée sur le parvis d'une église à la demande de l'évêché, afin de dénoncer les "invraisemblables stupidités d'un imaginaire chiffonnier, dénommé père Noël" . Pour le plaisir : on vit alors les forces de gauche mener des manifestations de défense du vieux bonhomme, pourtant symbole de la société de consommation et génie du marketing événementiel 

 

 


Voilà voilà, vous en savez désormais un peu plus sur cette fête aux multiples origines. A vous de voir quelle interprétation vous préférez lui donner

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Evoa 16/01/2011 11:10


Très intéressant !
Surtout "Chez les Nordiques" et le Père-Noël !
J'ai beaucoup aimé cet article, on s'y instruit en plaisir ;)


Guu 16/01/2011 18:57



Ravie que cela t'ai plu, et encore j'ai du raccourcir, mais faire des recherches sur ce sujet fut très instructif pour moi également :)



Maman Câline 08/01/2011 15:23


Oh merci ! Je savais pour Coca Cola et c'etait tout ! Me voila mieux renseigné .... J'au vue une photo d'un pere Noel crucifié dans la decoration festive d' un magasin en chine ...confusion entre
lui et Jesus je suppose, c'etait tres bizzare ....


Guu 09/01/2011 11:44



Ravie d'avoir pu te renseigner à ce sujet Quand à crucifier le Père Noël... Aïe.. Effectivement il y a eu une sacré
confusion !!!



Guu on ze web

facebook twit rss

 

Work in progress

http://img.livraddict.com/covers/5/5004/couv15685138.jpg

 


D'autres sites chouettes...

 

Ramza

Gally

Lalou

Erato

Dolphyone

Snow

Miss Spooky Muffin

Lelf

Lyra Sullyvan

Livraddict

famelik

atomiccircus.jpg

Beware of the froggies

Mackie le Newbie 

Guu A ...