Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 février 2011 4 24 /02 /février /2011 22:11

http://www.mollat.com/cache/Couvertures/9782264052582.jpg« Dans le Northumberland, depuis des générations, les dames Grope font régner la terreur autour d’elles. Signes distinctifs : un physique ingrat, une nature antipathique et des pulsions castratrices inversement proportionnelles à leur volonté de se reproduire. Qu’à cela ne tienne ! Chez les Grope, on kidnappe les hommes de mère en fille. Une coutume familiale dont le jeune Esmond Burnes va faire les frais…Forcé de se réfugier chez son oncle suite à une agression alcoolisé de son père, l’innocent garçon va tomber entre les griffes de sa tante Belinda, née Grope, épouse frustrée et ménagère forcenée.. Disparitions suspectes, soûleries aggravées et torrides accès de folie… Même la police va perdre le fil. » (4ème de couverture)

 

So British…

 

Tom Sharpe est, de mon avis, mais aussi celui de pas mal de monde, un des plus grands humoristes anglais. Et ses romans sont quasiment à chaque fois un vrai plaisir. Aujourd’hui âgé de 83 ans, il continue à écrire, et nous offre aujourd’hui sa dernière création.

 

Fils d’un pasteur rigide sympathisant d’extrême droite, il aurait pu finir beaucoup plus mal. Heureusement pour nous (et pour nos zygomatiques), il ne suit pas la voie de son père. Au contraire, le jeune Tom adore lire, et rêve de devenir poète. Après un passage à l’université de Cambridge, il fait son service militaire dans les fusiliers marins où il côtoie des jeunes issus de milieux plus défavorisés que le sien, ce qui, selon lui, le « purge » de tout snobisme.

 

En 1951, à 23 ans, il décide de s’installer en Afrique du Sud, et travaille dans le quartier de Soweto, où son premier travail consiste à sortir de l’hôpital les malades en phase terminale pour qu’ils rentrent mourir chez eux. C’est dans cette atmosphère, écœuré par ce qu’il voit et ce qu’il entend, qu’il commence à écrire des pièces de théâtre contre l’apartheid, qui seront bien sur toutes censurées. Cette prise de position lui vaudra d’ailleurs d’être expulsé en 1961.

 

Cette expérience lui inspirera deux romans qui rencontreront un grand succès, « Mêlée ouverte au Zoulouland » et «Outrage public à la pudeur ». De retour en Angleterre, il devient professeur d’histoire dans un institut technique pendant une dizaine d’années. Encore une fois c’est son environnement qui va lui inspirer des romans, la célèbre série des « Wilt », dont le héros est tout d’abord maitre auxiliaire dans l’enseignement technique.

 

En 1986, il reçut le Grand Prix de l’Humour Noir pour récompenser l’ensemble de son œuvre. Il coule désormais des jours heureux (enfin j’espère) en Catalogne, où il continue d’écrire pour notre plus grand plaisir.

 

Pas besoin de Meetic, rien ne vaut les bonnes vieilles méthodes.


Les Gropes sont une famille un peu.. particulière, dont l'histoire remonte aux invasions vikings dans l’Angleterre moyenâgeuse, quand la première Grope, que même les barbares se refusaient à violer, réussit à forcer un viking à accomplir son « devoir ». Depuis, dans cette famille, les femmes, plus moches et ingrates les unes que les autres, usent de tous les moyens pour obtenir un mari (soumis de préférence, mais bon il n'aura pas le choix) qui leur donnera une descendance féminine. Et quand je dis tous les moyens... Tout cela, lié à un sens des affaires tout aussi intraitable, a mené les femmes Grope à la tête d’un domaine et d'une fortune plus qu’honorables (à défaut d’être tout à fait.. honnêtes).


Du côté des Burnes, l'histoire est différente, mais tout aussi ahurissante. Howard Burnes, banquier respectable de son état, se retrouva embarqué dans un mariage plus ou moins volontaire avec Vera, hystérique ne vivant qu’à travers les romans de Barbara Cartland et consorts, et dégoulinant donc de sentiments mielleux et culculs. De cette union (presque contre nature je dirais) naitra Esmond, qui grandira tiraillé entre l'amour exclusif et effrayant de sa mère, et la haine grandissante qu'il inspire à son père malgré lui.


Un soir un peu trop alcoolisé, ce dernier menace de tuer son fils. Afin de le protéger, sa mère va accepter de le confier à son propre frère Arthur, et à la femme de ce dernier, Belinda, ménagère soumise et nullipare. Ce qu'elle ne sait pas, c'est que Belinda est née Mlle Grope, et qu'elle compte bien perpétuer la tradition familiale... par tous les moyens.


Belinda décide donc, après qu’Arthur se soit saoulé à mort avec Esmond «pour lui apprendre la vie », de faire du fils chéri de Vera son amant (peu importe son avis) et de disparaitre avec lui.


De là commencent plusieurs épopées extravagantes pour nos différents protagonistes, entre campagne anglaise, tour d'Europe et enquêtes policières extravagantes.


Muahahahaha…. (Rire sardonique)

 

Quand on ouvre un roman de Tom Sharpe (et surtout avec un titre pareil), on s'attend à tout.. mais surtout à n’importe quoi, du grand guignolesque, de l'ubuesque!!! Et encore une fois, je n’ai pas été déçue de mes attentes Sharpiennes.


On attaque fort dès le début avec la présentation « historique »  de la famille Grope (Terme sibyllin qui veut notamment dire « tripoter » en anglais), et surtout des femmes Grope, véritables viragos prêtes à tous les extrêmes, et même aux actes illégaux pour séquestrer des maris et obtenir des filles: kidnapping, chantage, abandon ou exploitation des petits être qui auront eu la mauvaise idée de naître dans cette famille avec quelque chose entre les jambes, voir expedition ad patres des maris qui auraient la mauvaise idée de ne pas mettre de fille au monde.. Et encore, je ne vous dit pas tout.


Après cette petite parenthèse historique qui nous met directement dans l’ambiance, on découvre un autre horizon avec la familles Burnes : une mère qui vit à fond ses romans à l’eau de rose, un père physiquement pas gâté, coincé dans son monde exigu et écrasé par cette femme, et leur fils.. le pauvre Esmond (nommé ainsi d'après un roman à l'eau de rose). Ajouter à ce cocktail  un oncle escroc et alcoolique, et sa femme complètement frustrée qui se défoule sur l’électroménager haut de gamme...et la recette est parfaite.


Mais leurs vies « bien huilées » et engoncées dans la routine vont vite dérailler quand, suite à un abus des bienfaits de Dionysos, Howard Burnes décide de tuer son fils. Et à partir de là, c’est du grand délire : entre l’enlèvement et la séquestration d’Esmond par sa tante, la fuite a travers l’Europe d’Howard; et les pauvres Arthur et Véra se retrouvant face à la police dans l’impossibilité d’expliquer toutes ses disparitions, et embrouillant un peu plus la situation à chaque fois… c’est le lecteur qui manque d’en mourir (de rire).


 Fidèle à lui-même, Tom Sharpe place ses protagonistes dans des situations abracadabrantesques, sans se soucier de la vraisemblance. Car ce n’est pas ca qui compte.  En effet, l’auteur prend un malin plaisir à grossir tous les traits les plus risibles de l’être humain, et de la société moderne, et à pousser la sacro-sainte « logique » jusqu'à l’absurde, pour au final mieux mettre en exergue tout ce que cela a de ridicule à la base.

Les enquêteurs de police sont à eux seuls l'incarnation parfaite de notre société moderne où l’information circule vite, trop vite, et où à force  de se laisser gaver d’informations en tout genre, on en oublie de se poser et d’analyser simplement ce qui arrive jusqu'à notre cerveau.


 Vous direz peut-être que je suis cinglée, mais je vois presque cet ouvrage comme un conte de fée.. un peu malmené ! En effet, les « victimes » finissent par découvrir la vie qu’elles souhaitaient, par trouver ce qui leur manquait pour ne plus se sentir « vide ». Quand aux vilains escrocs et autres empêcheurs de tourner en rond, la situation finit par se retourner contre eux. La morale de ce conte serait : « Be what you wanna be » (Yes my tailor is rich !), ne pas se laisser enfermer dans les carcans du paraître et de la bienséance que nous impose la vie en société.


Bon après il n'est pas non plus nécessaire de se triturer l'esprit pour lire ce roman, ni d’avoir fait des études de philo. C’est tout simplement 200 pages de pur délire jubilatoire.

 

Les + :

- C’est drôle, c’est grinçant, c’est injuste, c'est tant mieux, c'est tant pis pour eux (Pour citer mon ami Victor)

- Une petite fable qui se lit sans difficulté


Les - :

- Quelques ficelles narratives un peu « grosses » (mais plus c'est gros plus ca passe ^^)

- Si vous n’aimez pas les histoires totalement abracadabrantes, passez votre chemin !!

Partager cet article

Repost 0
Published by Guu - dans ... Lu
commenter cet article

commentaires

Mariette Beaudoin 16/03/2013 18:48


J'ai lu énormément dans ma vie, mais rien ne m'a fait rire autant que les livres de Tom Sharpe. Cet homme est un génie. Quand je suis déprimée, je me plonge dans ses romans et le goût de jouir de
la vie revient en force. Je l'adore !

Guu 27/03/2013 09:02



Je ne peux qu'être d'accord avec toi, cet homme à du génie et ces romans sont un vrai plaisir !



Riz-Deux-ZzZ 10/03/2011 09:09


Dans ma PAL depuis un bon mois... je m'y attaque dés le parte et le book club passés !


Guu 10/03/2011 09:11



Et tu feras bien ^^ Donne moi ton avis ensuite !



Lalou 25/02/2011 20:11


Bon, maintenant, Guu, tu t'arrêtes. Je vois pas quoi te dire d'autre.

J'ai la série des Wilt dans ma LAL depuis un bail, j'ai pas encore franchi le cap de la PAL. Mais avec une critique pareille, je ne peux qu'ajouter celui-ci à ma longue liste de souhaits
littéraires... et me dire que "si je le croise, je l'achète".

Merci :D


Guu 25/02/2011 20:13



Maiseuh... bon d'accord madame.....  Mais si je peux te proposer qqchose, je te dirais de commencer par en emprunter un a la bibli, pr voir si c'est un style qui te tente ^^ par contre si la
réponse est oui tu peux partir pour la série, car c'est tout du même acabit :)



Luthien 25/02/2011 16:46


Eh bien ton avis donne envie de lire ce livre. :)
Je ne connaissais pas cet auteur mais ça a l'air bien drôle !


Guu 25/02/2011 18:09



C'est un style particulier qui ne peut pas plaire à tt le monde, mais si tu apprécies, il y a moyen de passer de bons moments avec cet auteur ^^



Morgouille 25/02/2011 14:38


Très chouette billet ! :)
J'ai déjà noté quelques titres de Tom Sharpe mais je n'ai encore rien lu. Moi qui adooore les trucs complètement déjantés et l'humour anglais... C'est une erreur à réparer !


Guu 25/02/2011 18:08



Effectivement, vu sous cet angle tu devrais fortement apprécier :D



Guu on ze web

facebook twit rss

 

Work in progress

http://img.livraddict.com/covers/5/5004/couv15685138.jpg

 


D'autres sites chouettes...

 

Ramza

Gally

Lalou

Erato

Dolphyone

Snow

Miss Spooky Muffin

Lelf

Lyra Sullyvan

Livraddict

famelik

atomiccircus.jpg

Beware of the froggies

Mackie le Newbie 

Guu A ...