Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 juillet 2011 5 29 /07 /juillet /2011 09:00

Le dieu dans l'ombre« Evelyn a 25 ans. Un séjour imprévu dans sa belle-famille avec son mari et son fils de cinq ans tourne au cauchemar absolu. Une créature surgie de son enfance l'entraîne alors dans un voyage hallucinant, sensuel et totalement imprévisible, vers les forêts primaires de l'Alaska. Compagnon fantasmatique ou incarnation de Pan, le grand faune lui-même... Qui est le Dieu dans l'ombre? » (4ème de couverture)

 

Qui est tu Megan ?

 

Attention, accrochez-vous bien à vos chaises, je vais vous révéler le scoop de l’année. Megan Lindholm n’est rien d’autre que…. Robin Hobb ! Oui oui je sais c’était un secret bien caché il m’a fallu des semaines d’investigation -que dis-je des mois !- pour pouvoir vous annoncer cela.

 

Bon d’accord j’arrête mon char, c’est un secret de polichinelle. Si vous souhaitez en savoir plus sur la vie de Robin/Megan, allez donc faire un tour ici. Ce qui est certain par contre, c’est que chacun de ces deux facettes à son propre style d’écriture. Si les deux partagent le même talent de conteuse, elles traitent de sujets différents. Là où Robin nous emmène dans des aventures épiques sur des terres inconnues, remplies d’êtres fantastiques et d’histoires extraordinaires, Megan a toujours fait preuve de plus de modestie, s’attachant plutôt à décrire des histoires simples en relation avec la nature et notre monde, parfois fantaisies urbaines, parfois contes anciens, mais toujours très intimistes.

 

Qui est tu Evelyn ?

 

Dans ce roman, nous nous attachons aux pas d’Evelyn, jeune femme d’une trentaine d’année,  originaire d’Alaska et menant une vie paisible entre Tom, mari aimant, et Teddy ,fils adoré. Tout débute lorsque la petite famille part rejoindre la ferme familiale des parents de Tom, pour y passer quelques temps.

 

La famille de rêve se transforme peu à peu en machine destructrice pour Evelyn, qui ne trouve pas ses marques et s’éloigne peu à peu de son cocon familial pour retomber dans ses « travers d’enfance ».  On apprend peu à peu qu’enfant, Evelyn était une petite fille un peu sauvage, passant ses journées à trainer dans la forêt du Grand Nord avec un ami un peu particulier, un faune, ou satyre comme vous préférez.

 

Avec sa « vie d’adulte », Evelyn s’est peu à peu éloignée de ce monde-là. Mais dans cette situation difficile, elle retourne se réfugier dans cette forêt amie, et auprès de Pan.

 

Un accident tragique fera basculer sa vie, et elle décidera de se fondre définitivement dans la forêt, pour le meilleur et pour le pire.

 

Déroutant, choquant, surprenant,… tout simplement beau.

 

Difficile de parler de cet ouvrage. J’ai eu du mal à le résumer, et j’aurais du mal à en parler. Avant toute chose, ne vous attendez pas à retrouver un ouvrage du style « Assassin royal ». Vous seriez cruellement déçu(e)s. L’auteur nous livre ici un récit très intimiste, celui d’une femme un peu perdue, partagée entre son amour de la forêt et son besoin de vivre « comme les autres ».

 

Ne vous attendez pas non plus à de grandes envolées fantastiques, point de cela à part le personnage de Pan qui a plus une valeur symbolique qu’autre chose, en tant qu'incarnation humanoïde de la forêt.

 

Par contre préparez-vous à être émotionnellement secoué. Dans tous les sens. Car au long de cette histoire contée avec le talent qu’on lui connait, Megan Lindholm n’épargne pas son héroïne, ni son lecteur. Tout à tour révolté, triste, surpris, écœuré… on passe par toutes les couleurs et tout l’éventail de sentiments qui peut exister.

 

Car ce que l’on voit défiler devant nous, si l’on omet le côté un peu fantastique, c’est l’histoire d’un être humain comme les autres, un peu plus sensible, un peu plus attaché à la nature peut-être, qui va passer au cours de sa vie par différentes étapes importantes, comme nous tous. L’amour, la vie, la séparation, la mort, l’envie d’être « comme tout le monde » et en même temps de vouloir être unique, tout cela on l’a vécu un jour ou l’autre. Et forcément cela touche une corde sensible.

 

Parallèlement à cette description si sensible des sentiments humains, on perçoit dans les magnifiques descriptions de la forêt tout l’amour que l’auteur lui porte. A travers ces descriptions, on voit se construire de véritables œuvres d’arts, comme autant de tableaux  vivants dans lesquels évoluent les personnages.

 

En farfouillant un peu sur le web, j’ai vu que beaucoup de personnes n’avaient pas adhéré à cet ouvrage, voir l’avaient abandonné. Si je peux comprendre les arguments apportés, pour ma part je n’ai pas pu le reposer, tant je voulais en savoir plus, savoir ou tout cela allait nous mener. Et si j’ai pu être déroutée, voire parfois un peu dégoutée par certaines scènes qui scandaliseraient les bien-pensants, j’ai réellement apprécié la délicatesse de cet ouvrage comme une ode à la vie et à la nature. A l'amour aussi, dans ce qu'il a de plus beau, sans niaiseries et fanfreluches. Un livre que je n’oublierais pas de sitôt.

Partager cet article

Repost 0
Published by Guu - dans ... Lu
commenter cet article

commentaires

Gally 04/08/2011 10:45


C'est pô grave ! ^0^


Gally 31/07/2011 11:47


Ah ben voilà ! C'est malin ! Je l'avais pas encore acheté mais maintenant j'en suis sûre : je le veux !
L'étagère dédiée à Robin/Megan va déborder si ça continue... ^^


Guu 01/08/2011 11:20



Désoléeeee ^^°



GreenDee 29/07/2011 12:58


...hmmm....je sens que je vais en verser des larmes ... :p


Guu 29/07/2011 15:22



Des larmes peut être pas.... mais la gorge nouée ca oué ^^



Guu on ze web

facebook twit rss

 

Work in progress

http://img.livraddict.com/covers/5/5004/couv15685138.jpg

 


D'autres sites chouettes...

 

Ramza

Gally

Lalou

Erato

Dolphyone

Snow

Miss Spooky Muffin

Lelf

Lyra Sullyvan

Livraddict

famelik

atomiccircus.jpg

Beware of the froggies

Mackie le Newbie 

Guu A ...