Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 juin 2011 5 17 /06 /juin /2011 09:00

Le dernier testamant James frey« Dans ce livre, j'essaye d'imaginer l'histoire telle qu'elle serait si le Messie, ou Jésus-Christ, était toujours vivant et vivait à New-York en plein 21ème siècle. À quoi est-ce qu'il ressemblerait, en quoi est-ce qu'il croirait, comment est-ce qu'il vivrait ? Il aurait des liaisons avec des hommes, engrosserait les filles, il soignerait les malades et pratiquerait l'euthanasie… Et vous, que feriez- vous si vous le rencontreriez ? Le prendriez-vous au sérieux ? » (Interview James Frey)

 

Réel talent, ou pur produit marketing?

 

Né en 1969 (Année érotique ♪) , James Christopher Frey est un auteur états-unien.  Après des études d’Art, et plusieurs petits boulots en tant que scénariste et réalisateur, il commence à écrire en 1996 ce qui sera son premier best-seller, « Mille morceaux ».

 

Cet ouvrage, censé être un mémoire autobiographique de ses expériences dans un centre de réhabilitation pour alcooliques et drogués, rencontrera un très grand succès à sa sortie en 2003, ainsi que sa suite, « Mon ami Léonard » (2005).

 

En 2006 néanmoins un scandale éclate autour de ces ouvrages, puisque plusieurs journalistes prouvent que la majorité des faits sont totalement inventés, notamment l’accident qu’il dit avoir provoqué sous l’emprise de la drogue ainsi que son séjour en prison. Ses éditeurs lui feront insérer dans les publications futures une note où il s’excuse à ce sujet, son agent le lâchera, et il devra s’expliquer publiquement sur le plateau de la papesse des médias, Oprah Winfrey. Il devra même proposer aux lecteurs qui se sont sentis floués de les rembourser de leur achat.

 

En 2007 néanmoins les cieux sont un peu plus cléments avec James Frey, qui édite une nouvelle, « LA Story », tandis que peu à peu ses anciens détracteurs lui présentent des excuses pour leur acharnement et admettent que, malgré la « tromperie »,  « Mille morceaux  » reste un excellent ouvrage. Mais James Frey est désormais un auteur très controversé, et les critiques restent très partagés à son sujet.

 

Son dernier ouvrage, « Le Dernier Testament » (2009), sera distribué de façon un peu particulière aux Etats-Unis puisqu’il sera disponible dans les galeries d’art Gagosian, au nombre de 10 000 copies. Il sera finalement édité de façon plus « traditionnelle » en 2011 par une société anglaise.

 

Depuis, James Frey s’est associé à Mark Wahlberg et Steve Levinson pour écrire une série se déroulant dans les coulisses de l’industrie pornographique.

 

Et pour la petite histoire, la polémique liée à “ Mille morceaux ” sera reprise dans un des épisodes de South Park, « Un million de petites fibres », dont Servietsky reprend plus ou moins le rôle de James.

 

I’m the Messiah in New York ♪

 

Dans ce roman on suit l’évolution de Ben Zion Avrohom à travers ses voisins, ses amis, les gens qu’ils croisent. De gars un peu paumé dans une cité HLM, il va peu a peu devenir un être étrange, que très vite les gens qualifient de « Messie » .


Mais pas de foule en délire pour le nouveau Jésus, tout cela se fait dans la discrétion, seuls quelques individus prennent la mesure de cet être et le suive dans son enseignement un peu borderline, ou tout le monde couche avec tout le monde et médite devant les étoiles.

 

Comme son illustre prédécesseur, ses « pouvoirs », ainsi que cette capacité à parler à Dieu vont se déclarer sur le tard. Et comme Jésus, son enseignement se limitera à une petite communauté de fidèles, des « miracles » émailleront son chemin et il ne terminera pas sa vie en très bon état…

 

Pas évident à appréhender.. mais néanmoins extrêmement intéressant pour peu qu’on fasse la part des choses.

 

Ce livre n’est pas à mettre entre toutes les mains. Clairement écrit pour provoquer, malgré le déni un peu mou de l’auteur qui assure avoir consulté des religieux tout au long de l’écriture, cet ouvrage est fait pour mettre une claque.

 

Claque qui ne sera pas ressenti par tous de la même façon au long de la lecture. Pour ma part je suis passé par plusieurs sentiments forts à la lecture, surprise, choc, dégout, ahurissement total..

 

Car ce que nous propose James Frey ici, c’est l’histoire d’un messie d’un type bien différent de celui auquel on s’attend. Enfin, de celui auquel s’attendent les religions traditionnelles en tout cas (Je ne sais pas trop à quoi je m’attends à ce sujet là personnellement)

 

Dépravé, cynique, fataliste, mystique, mais en même temps pur amour, ce « Messie » et son parcours ont de quoi en dérouter plus d’un. D’autant plus que l’auteur prend le choix d’écrire cette histoire par l’intermédiaire de « témoins », qui nous font découvrir leur expérience. Tout est donc décrit de façon très personnelle, très intime, avec les tripes.

 

On plonge dans l’histoire souvent glauque de ces personnes mises de côté par la société, on observe avec leurs yeux ce qui se passe, cette société qui devient folle et cet homme un peu hors du commun qui vient avec un message somme toute simple, « Aimez-vous les uns les autres ». Ça vous rappelle quelqu’un ?

 

Ce « Messie », qui ne se proclame pas comme tel, et qui rejette en bloc toutes les religions comme étant les plus grandes fraudes de l’Histoire, est à 100 lieus de la représentation classique qu’on peut se faire de Jesus. Mais pourtant, ce qu’il prône au fond se rapproche étrangement du message « original » de ce dernier, avant que n’arrive l’Eglise et ses règles bien humaines.

 

La société moderne n’est pas épargnée non plus, qui dans cet ouvrage en prend pour son grade à tous les niveaux, et  est clairement décrite comme un monde sur sa fin, qui se voile la face et détruit peu à peu les êtres humains.

 

Ce livre est donc extrêmement intéressant à lire, à condition de savoir très clairement prendre ses distances.  Car si il est clair qu’une des intentions de l’auteur est d’essayer de mettre en lumière les valeurs humanistes des enseignements du Christ, cela se fait aussi dans le cadre d’une violente attaque contre l’ensemble des religions et des fidèles, ainsi que d’insultes répétées envers la société (Mais pas toujours gratuites, loin de là). Par ailleurs, les descriptions, les choix de l’auteur, s’ils ont le mérite de nous faire réfléchir, instille un espèce de malaise dans le lecteur qui ne sait parfois pas trop quoi penser de tout ça.

 

Pure provocation certainement de la part d’un auteur aussi controversé, qui cherche à choquer et aimerait nous faire croire que ce roman est basé sur des faits réels (dans son prologue il remercie les soi-disant “interviewés”). Mais les mots peuvent être dangereux, et amener des réactions très fortes. A manipuler avec précaution donc.

 

PS : Certains fanatiques religieux ont semble-t-il déjà prôné l’assassinat de l’auteur...

 

PS2 : Pour ceux que cela intéresse, cet ouvrage devrait être disponible à la rentrée 2011. J'ai eu la chance de le découvrir en avance grâce au Prix des Lecteurs Fnac.

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Guu - dans ... Lu
commenter cet article

commentaires

_FATALITAS_ 11/09/2012 23:08


Dans sa forme ce roman ne me semble pas original. Pour la qualité littéraire je trouve ce livre très moyen (je ne connais pas le texte en anglais, donc je me fie à la traduction) qui se lit "sans
ouvrir le dictionnaire une seule fois" – vocabulaire un peu pauvre, le style dépouillé n'explique pas tout, ni-même par le parti pris que la narration est celle de l'un ou l'autre des
protagoniste (apôtres) - exception pour certaines descriptions un peu techniques comme lors de l'opération, contraste un peu agaçant d'ailleurs, il vaut mieux avoir fait médecine pour lire ce
passage).


Mais histoire très prenante et c'est la qualité de ce livre.


Quant aux concepts religieux dits provocateurs j'en rigole. Ce n'est pas une thèse en théologie ; juste un bon bouquin qui se lit comme on voit un bon film US, sans trop en demander. Ça reste
juste un bon "Thriller" et je ne vois absolument pas ce qui fait dire à certains que Frey est l'un des grands auteurs US du moment. Ça fera sûrement un bon film.


Je vous renvois quand même aux livres de Pierre Bordage dans sa trilogie des prophéties.
Faites-vous une opinion.


Dans "L'Évangile du serpent" (2001), chaque chapitre est un évangile du nom du narrateur (chez Frey aussi ? ah bon ?), l'un des différents personnages qui témoignent de leur rencontre avec le
Messie : Mathias, tueur professionnel ; Marc, journaliste ; Lucie, strip-teaseuse sur internet.


Le personnage principal : Vaï Ka'i, "le Christ de l'Aubrac".


Frey aurait-il lu Bordage ?
Beaucoup de similitudes tout de même.

Guu on ze web

facebook twit rss

 

Work in progress

http://img.livraddict.com/covers/5/5004/couv15685138.jpg

 


D'autres sites chouettes...

 

Ramza

Gally

Lalou

Erato

Dolphyone

Snow

Miss Spooky Muffin

Lelf

Lyra Sullyvan

Livraddict

famelik

atomiccircus.jpg

Beware of the froggies

Mackie le Newbie 

Guu A ...