Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 février 2011 4 10 /02 /février /2011 16:55

http://www.decitre.fr/gi/90/9782266133890FS.gif« Sabine est arrivée trop tard. Quel secret le docteur Renan, son père, voulait-il lui confier avant de mourir? Pour l'heure, Sabine ne reconnaît plus Saint-Guildec, son village natal, un petit port endormi depuis des siècles, où les tragédies se succèdent à présent.


Qui a tué Edmond Postel, le vieux journaliste local, ami de toujours? Et pourquoi ce pauvre diable d'Antoine, un handicapé de l'asile, se serait-il pendu?

Seule la vérité pourrait aider la jeune femme à surmonter ces jours de deuil. Elle décide alors de mener ses propres recherches. Peu à peu, une vérité ancienne et terrible se dévoile. C'était au temps où il se passait quelque chose à Saint-Guildec, quand l'occupant allemand terrorisait la population... » (4ème de couverture)

 

P’tet ben qu’oui… p’tet ben qu’non…

 

Cher(e) et fidèle lecteur (trice), tu commence à connaitre le système, donc pas de surprise, on va tout d’abord découvrir qui est Mister Hérubel, Michel de son petit nom. Originaire du Havre à la fin des années 20, il commence donc bien dans la vie, puisqu’il naît normand! La suite est moins sympa, puisque, adolescent, il fut déporté en Allemagne durant la Seconde Guerre Mondiale.

 

De retour en France en 1945, à 18 ans à peine, il entreprend en parallèle des études d’histoire et une carrière de peintre. Mais bon, la peinture ca ne nourrit pas son homme, et il devient donc attaché de presse chez Plon (Je ne peux plus entendre parler de cet éditeur sans penser à « Guerre et paix »…^^)

 

Il commence tout naturellement à écrire des articles, des critiques puis des nouvelles dans différents magazines. Et saute le pas à 29 ans, avec son premier roman. Depuis, il n’arrête pas : histoire de la peinture moyenâgeuse, saga médiévale, biographies (« Agnès Soral », « Gilles de Rais », « Surcouf »), analyse des grandes batailles de la Seconde Guerre Mondiale., et plus récemment, il se tourne à nouveau vers les régions de son enfance par le biais de romans tels que « La Maison Gelder », « La Falaise bleue » ou encore … « Le démon des brumes ».

 

C’est ce mélange explosif de sensibilité normande, d’amour de la mer, de la peinture et de l’histoire, le tout marqué par la "sale guerre" et ses combats que l’on retrouve dans la majorité de son œuvre.. et dans l’ouvrage qui nous intéresse aujourd’hui. (Et voilà, la boucle est bouclée.. quel talent !)

 

Amañ e vez komzet brezhoneg !

 

Devant un résumé aussi alléchant, on ne peut que se lancer avec enthousiasme ce petit roman (250 pages). Et effectivement, dès le début on se retrouve embarqué dans une espèce de polar régionaliste intriguant (façon « Saga de l’été» mais avec la « touche TF1 » en moins… tant mieux pour nous). Sabine,  professeur d’allemand à Rennes, se prépare à aller rendre visite à son père mourant, suite à une requête de ce dernier. Sur le route, elle fait face à un étrange phénomène, qui a lieu à l’heure même où son père décède, dans le petit village de Saint-Guildec.  (Et là, lecteur futé que tu es, grâce à ce nom tu as de suite localisé l’action .. en Bretagne ! Gagné !)

 

Le suspens monte doucement quand, en pleins préparatifs de funérailles/modalités d’héritage, un handicapé mental un peu simplet tente de lui vendre (très cher) une étrange enveloppe contenant soi-disant des informations importantes. Notre héroïne prend ca pour une blague et refuse donc… sans savoir que ce dernier sera retrouvé pendu quelques jours plus tard. Le lecteur est complètement absorbé par l’histoire, il ne respire déjà plus quand le suspens arrive à son paroxysme avec l’assassinat du journaliste local, Edmond Postel.

 

Mais que se passe-t-il ? Mais qu’est ce qui se passe ? Qu’y a t il dans ce village pour qu’ils tombent tous comme des mouches ? Et pourquoi uniquement quand Sabine revient? Aurait-elle une double personnalité psychopathe meurtrière ? (Ah non, là c’est juste moi qui m’emballe).

 

Et, de fait, tout le monde devient louche pour le lecteur suspicieux… c’est qui ce Pascal là, archétype du beau gosse dont on ne sait rien ? Et la bande de petites racailles au café du coin ? Et ce maire un peu bizarre ? Bref… au bout de quelques dizaines de pages à peine, on est déjà complètement parano ^^

 

« Alors c’est bien ? » « Baaaaah… chais po.. »

 

Me voilà devant ma page blanche, bien embêtée pour chroniquer ce bouquin. Car contrairement à d’habitude, où soit j’adore, soit j’accroche pas du tout, et bien là je suis un peu perdue moi-même.. j’ai aimé ou pas ??

 

Une chose est sure, il y a deux points qui frappent immédiatement le lecteur dans ce roman : le rythme très inégal de l’intrigue, et le fait que l’auteur aime (et connait sur le bout des doigts) sa région, et sait le faire partager.

 

Concernant le premier point, il est vrai que j’ai rarement vu un roman à ce point inégal, et c’est cette caractéristique qui me trouble autant. Petite dissection de la trame romanesque pour éclairer mes propos:

  • - L’intrigue démarre tranquillement, mais accélère assez vite, avec un certain nombre d’événements plus ou moins intriguants

  • - Une fois le lecteur bien appâté, le rythme pris, les attentes présentes… et bien tout dégringole, et on se retrouve à suivre, dans un calme intégral, l’histoire d’amour mièvre et clichée de Sabine et Pascal. Et non je ne suis pas méchante, jugez plutôt : (facon voix off des « Feux de l’amour ») Sabine est splendide, et fait tourner les têtes, mais elle ne le sait pas, où plutôt elle refuse de le voir. Pascal est un homme magnifique, beau, drôle, il sait manœuvrer un bateau et en plus il a fait fortune dans une activité artistique au bout du monde, mais il est humble et préfère rester dans on petit village de Bretagne. Ils aiment tous les deux le whisky et les bateaux, chouette alors ! Au début Sabine ne veut pas craquer, mais finalement elle craque en moins de 3 secondes. Et ca tombe bien, eux qui n’ont jamais aimé personne se rendent compte qu’ils sont faits l’un pour l’autre. Bon.. vous voyez le genre quoi... 

  • - Alors qu’on commence à s’emm… s’ennuyer sévèrement, les tourtereaux décident que, pour fêter leur amour, ils vont enquêter sur la mort du journaliste (Chacun son truc hein) L’intrigue reprend doucement avec un retour sur le personnage d’Edmond Postel, et de sa vie passée à Paris. 

  • - Les dernières 50 pages.. alors là… encore une fois c'est très soudain, c’est révélations sur révélations,  tout se dévoile d’un coup en mettant une bonne grosse claque au lecteur, qui, il faut bien le dire, ne s’y attendait plus.

  • - Et voilà, dernière page, l’histoire se clôt sur toutes ces informations surprenantes à assimiler, la 2CV est morte et le lecteur peut reprendre son souffle.

 

(Courage, c’est bientôt fini ! Je sais, j’écris trop.. mais bon, je propose de faire une pause café avant de continuer, ca vous va ? Allez je vous attends…)

 

L’autre axe majeur de ce roman donc, comme je le disais auparavant,  c’est l’amour que porte l’auteur à sa (ses) région(s). Que ce soit la Bretagne ou la Normandie, qui sont toutes deux évoquées, le lecteur a l’impression de se balader à côté de l’auteur, qui prend plaisir à lui faire découvrir les lieux, à s’en imprégner et finalement, à s’y sentir presque comme chez soi. Et là ou Michel Hérubel excelle, c’est que ces descriptions de paysages possèdent 3 niveaux de compréhension, adaptables en fonction du lecteur. A savoir :

  • 1 . Le lecteur ne connait rien de la Bretagne. Il sait vaguement que ca se trouve « à gauche »
  • 2. Le lecteur sait que la Bretagne est un lieu où il y a la mer, la pluie, des bateaux, des vaches et une langue bizarre.
  • 3. Le lecteur a un chapeau rond, mange du kouign amann tous les matins et sait que non, il ne pleut pas tout le temps en Bretagne.

 

 

Et bien chacun va pouvoir, avec son niveau de compréhension et avec toutes les informations fournies, prendre plaisir à la description des paysages, aux lieux évoqués, aux couleurs et senteurs décrites.. Un vrai talent de conteur à l'oeuvre !

 

Voici donc venir le moment de la conclusion. Et la je suis bien embêtée, car vous l’aurez compris, je suis passée par tous les états avec ce livre : enthousiasme, ennui profond proche de l’abandon, palpitations cardiaques etc etc . Allez, soyons honnête : la phase « lente », en milieu d’histoire, représente au final un nombre de pages assez réduit, et cela mis à part, on se retrouve face à un petit polar léger et sympathique, qui mêle habilement l’histoire et l’esprit de nos régions avec des secrets de famille bien gardés et une Histoire parfois lourde de conséquences.

 

Et au passage, j'en profite pour dire un grand merci à Neeko, pour m’avoir fait découvrir cet ouvrage… parmi tant d’autres 

 

PS : Par contre j’ai du rater un truc, mais je le cherche toujours le « Démon des brumes »….

Partager cet article

Repost 0
Published by Guu - dans ... Lu
commenter cet article

commentaires

Miss Spooky Muffin 11/02/2011 19:55


Ah ah, vive les titres mystérieux qui n'ont pas de rapport avec l'histoire ! Enfin, la Bretagne, t'as beau manger du kouign amann tous les jours, tu sais bien que c'est la campagne et qu'il pleut
tout le temps ^^
Saga de l'été (sans la touche TF1), ça me branche pas plus que ça... le prochain, peut-être !


Guu 11/02/2011 20:40



Mais non il pleut pas tt le temps !! Ils payent même parfois le luxe d'avoir du soleil quand il pleut partout ailleurs :D



Laeti (histoires-de-livres) 11/02/2011 18:25


J'adore tes chroniques! Tu es un peu indécise sur ce que tu as pensé de ce livre mais moi, en lisant ton article, je pense que j'aimerais beaucoup. Même si parfois ça tourne un peu comme tu dis
"façon feux de l'amour" c'est la fin avec tout qui s'enchaine qui m'attire!


Guu 11/02/2011 20:38



Alors fais toi plaisir ! En plus comme je le dis, c'est un roman assez court, donc ca vaut me coup d'essayer :D



Lalou 11/02/2011 10:29


Si le livre en lui même ne m'attire pas vraiment (bien que je sois très curieuse de la Bretagne qui est une région qui m'a beaucoup plu lorsque j'y suis passée il y a quelques années). Mais ton
article, lui... j'adore!
Merci Guu!


Guu 11/02/2011 11:48



Avec un public pareil , je ne peux que donner le meilleur de moi-même :D Merci à toi fidèle lectrice :p



neeko 11/02/2011 10:17


merci et de rien ! échanges de bons procédés... de livres en tout cas !
sinon, euh, pareil j'ai cherché aussi... à voir si en Bretagne, cela n'a pas sa signification, qui serait relié à l'histoire ?


Guu 11/02/2011 11:47



Ca me rassure, j'avais peur d'avoir raté un truc dans l'histoire ^^ Tu crois que ce serait lié à l'Ankou??



Guu on ze web

facebook twit rss

 

Work in progress

http://img.livraddict.com/covers/5/5004/couv15685138.jpg

 


D'autres sites chouettes...

 

Ramza

Gally

Lalou

Erato

Dolphyone

Snow

Miss Spooky Muffin

Lelf

Lyra Sullyvan

Livraddict

famelik

atomiccircus.jpg

Beware of the froggies

Mackie le Newbie 

Guu A ...