Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 février 2011 1 21 /02 /février /2011 10:34

http://multimedia.fnac.com/multimedia/FR/images_produits/FR/Fnac.com/ZoomPE/8/3/4/9782290028438.jpg« Lucky, Toby, ou encore Tommy... son nom importe peu. L'important, c'est sa discrétion, son professionnalisme, sa compétence à exécuter froidement les cibles qu'on lui désigne. Mais, lorsque le mystérieux Malchiah l'aborde, Lucky est ébranlé. Ce Malchiah sait tout de lui, dispose de pouvoirs stupéfiants, et prétend être son ange gardien. Il lui offre de racheter ses crimes, en sauvant des vies plutôt que de les prendre, et lui propose un bien étrange marché... Voilà Lucky propulsé au Moyen Âge, où il est chargé d'aider une famille juive accusée de meurtres rituels. Est-ce une chance, un rêve... ou un cauchemar ? » (4ème de couverture)

 

La femme qui murmurait à l’oreille des vampires

 

Est-il réellement nécessaire de vous présenter Anne Rice, aka Mme Lestat ? Hmm ? Bon allez, je vais le faire au cas où. Et puis elle mérite bien une petite bio sur cet illustre blog, non ? (Mes chevilles vont bien, merci :D ).

 

Dame Rice est née Howard Allen O’Brien, en 1941. Oui c’est un prénom masculin, mais visiblement sa mère trouvait que c’était une bonne idée de la prénommer comme son père. Pourquoi Anne alors ? C’est le prénom qu’elle s’est elle-même donné à son premier jour d’école. (Ca commençait déjà fort.)

 

Après avoir passé son enfance à La Nouvelle-Orléans, elle va se promener a travers le Texas et San Francisco, d'abord pour ses études, puis pour suivre son mari Stan Rice, professeur de son état.

 

Le jeune couple a une petite fille en 1966, qui va décéder quelques années plus tard d’une leucémie. C’est pour ne pas sombrer dans l’apathie qu’Anne Rice va se lancer dans l’écriture, et écrire son désormais célèbre « Entretien avec un vampire » en 1976.

 

Forte du succès obtenu, Anne Rice revient s’installer à La Nouvelle Orléans, dans la maison de ses rêves, où elle va écrire quelques uns de ses plus grands succès. C’est cette même maison qui sera décrite à l’identique dans les chroniques de sorcières, la fameuse maison des Mayfair.

 

Après plusieures années à se décrire elle-même comme étant athée, elle retourne dans le giron de l’église catholique en 1998, et annonce qu’elle souhaite désormais écrire pour glorifier sa croyance en Dieu. Ce virage se sent très clairement dans les livres écrit depuis lors, que ce soit ses nouveaux ouvrages tout autant que la fin de la saga des vampires (par exemple).

 

Femme aux multiples facettes, auteur de romans fantastiques (« Chroniques des vampires », « Saga des sorcières Mayfair ») , de nouvelles érotiques (« Les infortunes de la belle au bois dormant »)  et de livres religieux (« La vie du Christ », « La chanson des séraphins »), Anne Rice est indéniablement un des auteurs  les plus lus des temps modernes, avec pas loin de 100 millions de livres vendus.

 

De quoi ca parle ? (D’anges, oui bravo, quelle perspicacité !)

 

Lucky est un tueur à gages. Mais pas n’importe lequel.. efficace, insaisissable, redoutable, il ne travaille que pour un seul homme, qu’il appelle « L’Homme Juste » . Est-il du côté des gentils ou des méchants ? Peu importe, même s’il espère secrètement être du côté des premiers. Outre sa profession, Lucky est un être a part... il ne se complait pas dans ses meurtres, ni même dans l’argent que cela lui rapporte. Ce dernier ne sert qu’a alimenter sa bibliothèque en ouvrages théologiques, et a lui payer des retraites dans un hôtel/monastère pour jouer du luth en philosophant sur la vie. Et bien que Lucky soit persuadé que Dieu n’existe pas, il ne peut s’empêcher de rester des heures dans les chapelles, en admiration devant les tabernacles.. et parfois prononcer une prière qui lui reste de l’enfance, la prière de l’ange gardien.

 

C’est après un « contrat » effectué dans l’hôtel qui lui servait jusqu'à présent de sanctuaire que Lucky va rencontrer Malchiah, ange gardien de son état. Pas son ange gardien, mais un ange qui garde un œil depuis longtemps sur lui. Et ce dernier lui propose ni plus ni moins que de racheter ses péchés. En échange de cette salvation, une petite mission à remplir, pour laquelle ses capacités hors pair sont a priori indispensables.

 

Non, il ne s’agit pas d’aller massacrer un ennemi de la foi, bien au contraire il s’agit de sauver 2 personnes, Meir et son épouse, juifs de la petite communauté de Norwich, dans l’Angleterre médiévale. En effet, ces deux personnes pourtant bien sympathiques sont sur le point d’être lynchées par la population locale suite à la mort « suspecte » de leur fille, Léa. Voici donc Toby (et oui car en fait il ne s’appelait pas vraiment Lucky) déguisé en moine dominicain et perdu en plein Moyen-age, se démenant pour sauver ces deux personnes, et son âme par la même occasion.

 

Je vais retourner voir Lestat….

 

Il faut le dire tout de suite : cet ouvrage fait partie de la période « prosélytisme chrétien » d’Anne Rice, et ca n’a rien, mais rien à voir avec la période vampire/sorcières. Vous me direz que le talent d’écriture est toujours là.. oui certes.. Mais la forme est tellement noyée dans ce fond débordant de bons sentiments et autres extases religieuses que c’est la seule chose que l’on retient.

 

Tout d’abord les 150 premières pages sont d’un ennui….mortel. Autant de  pages pour expliquer un petit bout d’histoire qui tiendrait en beaucoup moins, mais pourquoi donc ?Et bien forcément, quand on développe chaque sentiment, chaque remarque sur des pages et des pages pour en extraire la chrétienne moelle… et bien c’est long. La fin de cette première partie réveille un peu le lecture avec l’histoire de la vie de Lucky, et les drames qui l’ont menés à cette vie.

 

Arrive la seconde partie de l’ouvrage, ou enfin le lecteur semble apercevoir un semblant d’histoire ! Mais même si le talent de conteuse est là, même si l’auteur réussit à refaire vivre cette réalité historique, l’étincelle par contre n’est toujours pas là. C’est une belle petite histoire qu’on lit tranquillement, sans être jamais réellement accroché. Et on arrive à la dernière page, Toby a gagné (Ouaiiis, on s’en doutait pas !) , retourne dans sa réalité ou une belle surprise qu’on avait a peine senti venir l’attend. Et on referme l’ouvrage, déçu et sur sa faim.

 

Ce roman souffre clairement de la comparaison avec ses ainés. De la part d’un autre auteur on aurait peut être simplement souligné le côté un peu gonflant de la religion omniprésente, et la légèreté de la trame narrative.. Mais là, il s’agit d’Anne Rice. Et la plupart d’entre nous ne peuvent nier que ses précédents romans tiennent le lecteur en éveil et en haleine, avec des histoires originales et alambiquées, et des personnages hauts en couleur.

 

En bref…. C’est le genre d’ouvrage que je déconseillerais fortement à un fan des Chroniques vampiriennes, sous risque d’être très fortement déçu … quand aux autres.. je ne vous le conseillerais pas plus, puisque ce livre n’a soulevé chez moi qu’un sentiment de lassitude, le même que je ressentais déjà en cours de catéchisme quand une bonne sœur s’acharnait a essayer de me forcer a m’extasier et a exacerber des sentiments religieux qui, je pense, ne doivent au contraire être ressenti que de façon très personnelle. (Et je ne parle même pas de la logique « Je rachète ton âme si tu fais un boulot pour moi »… qui est, selon moi, si contraire à la religion en question… enfin bon je dis ca..)

 

En tout cas une chose est sure.... je ne lirais certainement pas le reste de la trilogie.(A moins qu'on ne me menace à coups d'endives cuites.. mais personne ne serait assez lâche pour faire ca .. enfin j'espère)

Partager cet article

Repost 0
Published by Guu - dans ... Lu
commenter cet article

commentaires

sofynet 22/02/2011 23:43


Bon, et bien je vais passer mon tour et rester sur la bonne impression que j'avais autour d'Entretien, Lestat ...


Guu 23/02/2011 05:30



Bonne idée :)



Stephy 22/02/2011 12:00


Eh bien mes doutes sont fondés, j'avais à peine commencer la lecture de ce livre que j'ai été vite déçue ... bon , jvais me rabattre (pour la ènieme fois) sur ces précédents bouquins ^^


Guu 22/02/2011 13:16



Heuresement les précedents se mangent sans fin ^^ (Quoique ca dépend desquels )



Miss Spooky Muffin 22/02/2011 11:47


Je ne vais définitivement pas perdre mon temps avec ce livre, c'est maintenant certain (j'ai même pensé à la retirer de ma LAL hier). Les récents discours et interventions de l'auteur sur les
réseaux sociaux m'avaient profondément barbée, avec cette obstination de toujours débattre sur la place de la religion...
Déjà que je trouvais son style un peu difficile dans ses bonnes sagas (elle est une grande adepte des longueurs malgré son talent), je supporterais pas de ne pas avoir une bonne histoire
accrocheuse pour aller avec.

Entre Brite qui arrête d'écrire et Rice qui perd la main... où va le monde ? :'S


Guu 22/02/2011 12:00



Bah.. euh.. ouais chuis d'accord !!! Plus sérieusement, tu a strès bien résumé le sentiment global de ce bouquin.



Lalou 22/02/2011 11:46


Je n'en ai lu qu'un seul d'Anne Rice (une histoire de violon, mais je ne me souviens plus du titre), mais ce n'est pas trop trop mon genre en fait je crois.

Par contre tu as un souci avec les endives (que moi j'appelle chicons) cuits? Mais c'est boooooooon.


Guu 22/02/2011 11:57



Hmm effectivement l'histoire du violon m'avait un peu barbé, j'ai peur que tu n'ai pas attaqué avec le bon. Mais par exemple, j'avais été litteralement envoutée par "Pandora" ou "Blood and
Gold"...


 


Nan c'est po bon......



Guu on ze web

facebook twit rss

 

Work in progress

http://img.livraddict.com/covers/5/5004/couv15685138.jpg

 


D'autres sites chouettes...

 

Ramza

Gally

Lalou

Erato

Dolphyone

Snow

Miss Spooky Muffin

Lelf

Lyra Sullyvan

Livraddict

famelik

atomiccircus.jpg

Beware of the froggies

Mackie le Newbie 

Guu A ...